in ,

Qu’est-ce que le syndrome du chat parachute ?

Le syndrome du chat parachute est le réflexe de redressement. Il s’agit d’une capacité innée, propre au chat.  Comment elle fonctionne ? Est-ce qu’elle marche toujours?  Nous avons essayé d’en savoir plus, sur cette véritable prouesse attribuée au chat.

un chat saute

Syndrome du chat parachute : Quel rôle joue l’oreille interne ?

Un chat a la possibilité de retomber sur ses pattes lorsqu’il chute du haut d’un arbre, toutes proportions gardées bien sûr. Cela est surtout facilité par son organe vestibulaire qui lui permet d’appréhender sa position en hauteur et de déterminer son niveau face au sol.  Justement, le chat évalue la distance qui le sépare du sol grâce à ses vibrisses. Un organe sensoriel autrement nommé organe vestibulaire qui se situe dans l’oreille interne et qui participe au maintien de l’équilibre de l’animal. C’est aussi par son biais que les mammifères perçoivent la sensation de mouvement.

Syndrome du chat parachute : comment ça marche ?

chute d’un chaton

Au cours d’une chute, interviennent plusieurs éléments : tout d’abord la rotation de la tête, puis le corps du chat effectue une torsion de sorte que l’avant et l’arrière empruntent des orientations opposées pour obtenir un rétablissement. Ensuite, l’animal oriente horizontalement ses pattes. Il commence par fléchir ses membres antérieurs pendant qu’il tend vers l’arrière ses membres postérieurs, puis allonge ses pattes antérieures au moment où, il replie celles de derrière.

Ces changements de positions des membres peuvent se répéter autant de fois que nécessaire au cours d’une chute pour que l’avant et l’arrière du corps continuent de se tourner dans des proportions différentes jusqu’à ce que le cycle de rotation soit total (180°). Les pattes du chat fonctionnent donc à la manière d’un ressort afin d’amortir l’atterrissage au sol. Sa queue, fait office de balancier dans ce mouvement et permet au chat de garder son équilibre par exemple lorsqu’il se déplace sur une poutre. Pour bien comprendre la technique du syndrome du chat parachute, il suffirait de visualiser chaque phase retransmise au ralenti. Car il est difficile pour l’œil humain de décomposer les mouvements du corps et des membres du petit félin du fait de la rapidité du mouvement qui dure quelques secondes.  

Le chat ne retombe pas toujours sur ses pattes

un chat en pleine chute

En pleine chute, le chat peut atteindre une vitesse de 100 km/h. Le contact avec le sol pourrait entraîner d’irrémédiables dégâts si le petit félin n’était pas doté de ce réflexe de redressement et d’autres particularités comme le fait de pouvoir étirer son corps au maximum pendant la chute afin d’en ralentir la vitesse. Quoiqu’il en soit, tout ce processus ne peut se dérouler correctement que si la hauteur de chute est au minimum de 150 cm. Cela signifie qu’en deçà, l’animal peut se blesser en retombant et plus encore s’il chute vers l’avant ou vers l’arrière : la durée est en effet trop courte pour que le rétablissement puisse se faire. Enfin, des études scientifiques menées par des chercheurs américains ont démontré que sur une hauteur équivalente à cinq étages, le chat qui tombe est dans les meilleures conditions pour que tout ce processus lié au réflexe de redressement ait le temps de se dérouler dans son intégralité. Au-delà d’une telle hauteur, le nombre de chutes mortelles chez les chats est en nette augmentation, et ceux qui en réchappent sont principalement blessés au niveau de la cage thoracique. Mais attention, un chat peut se tuer en tombant d’un balcon quel que soit l’étage auquel il se situe. Il faut toutefois noter que le basculement latéral entraîne moins de risques de blessures car il est plus facile à corriger grâce au syndrome du chat parachute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attention, votre chat est dominant

Comment savoir si mon chat m’aime