in ,

Un chat perdu retrouve ses maitres à plusieurs kilomètres : Comment y arrive-t-il ?

Le chat fait partie de ces animaux à la bonne mémoire. C’est à dire qui a une grande capacité de mémorisation et qui peut rester active pendant très longtemps. On a tous certainement connu l’exemple d’un chat revenu au foyer de ses maitres après être disparu des mois durant et à des centaines de kilomètres de là. Découvrons comment les comportementalistes expliquent ce phénomène

L’attachement du chat pour son maître

Plus l’attachement du chat pour son maître est grand, plus ce dernier reste longtemps gravé dans la mémoire de l’animal. A un certain degré, le maître est comme une mère de substitution. Et c’est attachement qui fait que le chat a tendance à être dissocier de ses parents humains. Il faut dire que ce phénomène est habituel chez le chaton dès l’âge de 2 mois, lorsque sa mère commence à l’éduquer, et lui apprend à se détacher d’elle peu à peu. L’animal commence alors à créer un attachement nouveau et extrêmement fort afin de compenser l’absence maternelle s’il est biberonné.

Comment le chat reconnaît-il son maître ?

Le chat reconnaît son maître par la voix, l’odeur, les attitudes. Il est très territorial et très fidèle à son maître de sorte qu’il parviendra à le retrouver après une longue disparition tellement il est immensément attaché à lui. Et cela est d’autant plus étonnant si la séparation entre l’homme et l’animal n’est pas souhaitée par ce dernier. Un chat qui se perd trouve en lui une incroyable force mentale. Il est alors très motivé pour retrouver la trace de son maître. Sa mémoire associative l’aide à reconnaître un paysage, un quartier, une maison… et son flair joue aussi un grand rôle.

Le marquage du territoire : un acte capital chez le chat

C’est une technique propre au chat l’usage des phéromones inodores. Le chat en diffuse  tout au long d’un trajet dans le but de marquer son territoire. Il le fait par le biais de son urine qu’il dépose à différents endroits, mais également grâce à des glandes situées au niveau de ses coussinets, de ses lèvres, de son front, de son menton, ainsi qu’à la naissance de sa queue et dans sa zone génitale. Or, les marquages olfactifs déposés par un chat subsistent pendant plusieurs années, notamment lorsqu’ils ont été laissés sur des troncs d’arbre par exemple et qu’ils ont pénétré dans l’écorce.

L’odorat chez le chat : glandes de Bowman et cellules olfactives en grand nombre

S’il parvient à se repérer, c’est grâce à sa mémoire associative évoquée précédemment, mais aussi et surtout grâce à son odorat surpuissant. Son pouvoir de perception des odeurs s’effectue par l’intermédiaire des glandes de Bowman qui se situent sur sa truffe. Dans certaines situations (faim, soif, situation d’alerte, etc.), sa truffe devient humide puisque ce n’est qu’à ces moments précis que ses glandes de Bowman produisent une sécrétion. Lorsque ces dernières sont en activité, la capacité de perception des odeurs chez le chat est 70 fois plus importante que chez l’humain.

En parallèle, le chat possède près de vingt millions de cellules olfactives contre seulement cinq millions pour nous les humains. Il n’est pas étonnant que le petit animal soit si sensible à de nombreux stimuli odorants que son maître est incapable de percevoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nourriture de chat : Recettes maison faciles à réaliser

Que faire face à mon chat est agressif ?